RSS
 

Plomberie : le point sur mon installation

05 août

Et voilà un petit bilan de mon installation :

Arrivée de l'eau potable (réseau de la ville)

L’eau potable arrive par la gaine A. Il y a la vanne d’arrêt général B, puis le sous-compteur C, le clapet anti-retour D, le réducteur de pression E. F représente le système de filtration avec ses 3 vannes et les deux réservoirs (M est une filtration par bobine à 25 microns, N est un tas de cristaux polyphosphates pour le tartre). On a ensuite les nourrices de distribution d’eau froide G avec une sortie sur laquelle j’ai adapté un embout de robinet de jardin pour pouvoir purger d’air mon tuyau de pompage pour le surpresseur. La nourrice K distribue l’eau arrivant du surpresseur vers les WC et la machine à laver le linge dans la maison. La nourrice L distribue l’eau chaude arrivant du ballon d’eau chaude.

Quelques remarques :

  • mon réducteur de pression (garanti silencieux) fait un bruit terrible à faibles débits ! J’ai appris par la suite qu’on en met un quand la pression dépasse les 4.5 bars. D’après quelques recherches internet dont je ne sais pas vérifier la pertinence, il semblerait qu’en cas de coup de bélier, le rôle du réducteur de pression ne soit pas aussi efface que ce qu’on attendrait. Il devrait être plus approprié de mettre un vase d’expansion.
  • j’ai choisi de ne pas acheté le système de filtration tout fait, car il coûtait à 129€ alors que je n’ai payé que 60 ou 70€ (de tête) pour les deux réservoirs. Il faut rajouter trois vannes et, si c’était à refaire, je prendrais des flexibles pour faire les jonctions.

Venons-en mantenant à mon installation de récupération d’eau de pluie. J’ai deux cuves de 3000 L chacune. Bêtement, j’ai relié mes cuves de manière à ce que le trop plein de la première remplisse la seconde. Il eut été préférable de relier les deux cuves de manière à ce que les deux niveaux d’eau soient toujours égaux dans les deux cuves. J’ai donc rajouté un tuyau qui ne sert à rajuster le niveau d’eau dans les cuves. C’est le tuyay jaune E sur la photo ci-dessous.

Cuve de récupération d'eau de pluie

Je pompe l’eau par le tuyau A. Puis il y a un té et deux vannes. La vanne B est reliée à une crépine et un clapet anti-retour qui sont dans la cuve. La vanne C me sert pour remplir d’eau (et vider l’air) le tuyau A et ainsi amorcer ma pompe.

Surpresseur

J’ai acheté un surpresseur constitué d’une pompe E et d’un ballon F de 100 L (le tout 250 €) : E et F sont reliés par le tuyau G). Lorsque la pompe se met en marche, l’eau va dans le ballon et comprime une membrane. La pression de la membrane augmente jusqu’à une valeur de 3.5 bars. Lorsque qu’un robinet est ouvert quelque part, l’eau vient du ballon et quand la pression devient inférieure à 1.8 bars, la pompe se remet en marche.

Le tuyau blanc A est relié au tuyau noir A sur la photo précédente : c’est par là qu’arrive l’eau de pluie. Elle passe dans un filtre à particule de 100 microns puis dans un té B, l’eau rentre dans la pompe par D et repart dans le circuit par H. La nourrice I distribue l’eau vers des robinets extérieurs et les WC en intérieur.

La vanne de la nourrice I étant fermée, la vanne C me permet via un tuyau de jardin d’injecter de l’eau du réseau publique dans mon tuyau de pompage via le raccord H de la toute première photo. Pour cela la vanne C de la deuxième photo est ouverte. Puis je coupe l’arrivée d’eau en H, je ferme la vanne C de la deuxième photo et la vanne C de la troisième photo et je mets la pompe en marche. Quand elle s’arrête, j’ouvre la vanne de la nourrice I. Tout marche bien quand le tuyau de pompage n’est pas percé quelque part !

Par contre, j’ai oublié de quoi faire la vidange de mon circuit en extérieur et il faudra que j’y pense avant l’hiver !

J’avais commencé avec du PER et j’ai fini avec du multicouche. Y’a pas photo entre du plastique dont on ne sait jamais quand il va plier (et ce sera foutu) et du multicouche. On peut faire des coudes beaucoup plus courts sans risquer d’abîmer le tuyau quand on est amateur comme moi. J’ai fonctionné avec des raccords en compression par serrage (une bonne clé à mollette suffit, mais il faut aller au moins jusqu’à 32 ou 34mm de large).

J’ai découvert le site plomberie-pro.com où j’ai passé commande et je suis content du résultat. Les prix annoncés sont bien 30 à 50% moins chers que ce que j’ai pu trouvé autour de chez moi. J’ai pris du muticouche PRO avec une âme en aluminium plus épaisse que d’habitude. Emballage nickel et délais rapides. Tout nickel.

 

Le point sur mes volets roulants

06 fév

Voici un petit schéma pour discuter des volets roulants (volets roulants en rose : honneur aux princesses !) :

La partie de droite est celle que j’ai faite et je regrette de ne pas y avoir plus réfléchit avant. Il y a un double problème : thermique et étanchéité à l’air.

La partie de gauche correspond à ce que j’aurais dû faire ! Le décroché dans le mur empèche d’avoir le problème thermique. La pose est beaucoup plus rapide, on pose le coffret, on raccorde l’électricité, on visse les rails, on programme la télécommande et on passe au volet suivant. En ce qui concerne l’étanchéité à l’air, la question est toujours d’actualité, mais une solution existe :

http://www.tremco-illbruck.fr/produits/02862_index.html

Par contre, le gros avantage est que l’étanchéité ne se fait pas sur le volet roulant, mais sur la fenêtre ! Si je devais recommencer un tel projet, je ferais en amont un bloc en bois dans lequel je n’aurais plus qu’à venir poser la fenêtre. Le bloc contiendrait déjà le décroché pour le volet roulant. Après, on peut très bien laisser le volet roulant apparent, ou mettre une planche en bois devant (et l’enduit de façade viendra contre cette planche). Prévoir l’emplacement d’une boîte de dérivation pour faire le raccord électrique !

Sur la partie de gauche, j’ai mis deux grandeurs :

  • a est la taille du coffre de volet roulant
  • H est la hauteur de la fenêtre

Plus H est grande, plus a va augmenter. Pour une fenêtre de 120*70 (toutes les côtes sont données en cm), a vaut 18 cm et pour les baies vitrées, porte-fenêtre, a est de l’ordre de 22 cm. A vous de vous renseigner sur les côtes exactes qui vous seront données.

D’après la loi « tout point non réfléchi avant le chantier prendra beaucoup (beaucoup, beaucoup) plus temps après », je me prends encore la tête avec mes coffres de volet roulants dont certains sont actuellement fermés avec du carton !

 

On n’a jamais été aussi bien sur terre que dans …

15 jan

l’espace ! Merci à Renault pour cette pub qui ne reflète pas du tout la merd… que cela a été de changer un alternateur ! Parce que Renault a choisi de mettre un boulon de 15cm de manière à ce qu’il sorte du côté du radiateur où il n’y a pas de place évidemment, alors qu’il y a toute la place nécessaire de l’autre côté ! Donc, on débranche une partie des durites du radiateur pour l’enlever. Ensuite l’alternateur n’a pas la place de s’enlever tout seul, je l’ai sorti au pied de biche. J’ai dû démonter la poulie d’entrainement de l’alternateur pour le mettre en place sans forcer. Le fameux boulon de 15 cm s’est vu raccourcir de 5 mm et je l’ai monté dans le bon sens.

L’ancien alternateur servira d’exemple pour mon cours de 3ème sur … l’alternateur !

Sinon, côté météo, les bourgeons commencent à se former sur les arbres plantés cet automne. Un bon petit coup de gel, et il n’y en aura plus ! zut !

 
 

Bad Behavior has blocked 11 access attempts in the last 7 days.