RSS
 

Archive de septembre, 2009

Le début de l’étage

24 sept

Voilà, voilà, les nouvelles arrivent ! Veuillez donc dire à la belle-mère et à Laurent d’arrêter de me dire que je suis en retard sur le blog !

Samedi, on a commencé le premier rang de l’étage côté Est. Avec Manu, Erwan, Oli et Coco. Et on a fait aussi pas mal de petits bouts. Mais il y en a tellement de ces petits bouts, que c’est encore loin d’être fini !

A

A l'étage

Quand on ne coule pas avec une plaque ou une planche, il reste parfois des trous dans le mortier. Erwan a préparé les côtés de deux fenêtres pour le coffrage et a comblé avec de la paille de chaque côté !

Arriver à mettre une épaisseur constant de mortier n’est pas tout simple avec la paille, mais on finit par y arriver. Merci Manu et Erwan.

Dimanche, on a continué à faire que des petits bouts de partout toute la journée. Un montant de la porte d’entrée est fini, de même pour un montant de la porte vers le garage. Il reste à préparer les montants des deux baies vitrées et de la porte fenêtre au rez de chaussée. Après cela, il ne restera plus que quelques trous à boucher.

Mardi 22 : travail en solitaire sur le chantier ! Une journée pour se ressourcer sur le chantier tout en allant vite ! La chaux nécessite une température supérieure à 5°C, donc il va falloir faire vite pour finir avant la Toussaint tous les murs restants ! J’ai fait une bétonnière pleine !

J’ai dû aussi déplacer la paille de l’étage pour pouvoir faire le tour de la maison de partout à l’étage !

J’ai créé une ouverture dans le mur de l’étage côté garage pour pouvoir couler plus facilement le mortier de chaque côté du mur. Cela me permettra aussi, dans le futur, de pouvoir mettre une porte si jamais l’envie m’en prend.

Mercredi 23 septembre : un après-midi en famille avec la visite de Jean-Luc. On a décoffré et recoffré à pas mal d’endroits pour préparer pour samedi. L’objectif de samedi est de finir le premier rang de paille complètement. Merci Jean-Luc.

Jean-Luc a une question en tête : « Peut-on faire une maison passive avec de la paille ? » et donc il va suivre le projet sur quelques mois. Il fait une formation universitaire au Bourget du Lac sur le thème des énergies renouvelables.

 

Un petit aprem

16 sept

Fin des cours 12h00, fin du rangement de la salle 12h15, arrivée sur le terrain 12h27, passage aux toilettes 12h28, repas 12h35 !

Encore un aprem rangement du chantier et préparation de coffrage et de cloison. J’ai contreventé la cloison du cellier qui existait déjà et j’ai fait une nouvelle cloison, toujours côté cellier, que j’ai contreventé aussi.

Oui, je sais, Marcelle, tu veux les photos !

La cloison existante contreventée

La cloison existante contreventée

La nouvelle cloison contreventée elle aussi.

La nouvelle cloison contreventée elle aussi.

Une fois fini, j’ai fait une bétonnière : cela m’a pris presque 2h à la vider, mais j’ai réussi ! Départ du chantier 20h34 ! Rencontre de Jean-Luc à 21h02 ; Jean-Luc est en train de faire une reconversion dans les énergies renouvelables et se pose une question : « Est-ce qu’on peut faire une maison passive avec de la paille ? » Marcelle, on parle ici d’une maison (où il fait bon vivre et) où il n’y a pas de chauffage ou s’il y en a un, il est seulement d’appoint ! Jean-Luc se propose de suivre le chantier en parallèle de ses cours pour pouvoir répondre à la question !

 

Rangement

15 sept

Aujourd’hui, la journée a commencé par un petit ravitaillement en embouts cécatre (pour les vis à empreinte carrée) car tous mes embouts pour les vis de diamêtre 5 ont été flingués ! Et il y avait pénurie !

Le voisin va inplanter sa maison sur son terrain dimanche, alors j’ai commencé à rapatrier mes affaires chez moi. Il m’avait permis de déborder sur son terrain et j’en avais carrément profiter ! Il a fallut changer de place la remorque de paille :

Suite à cette nouvelle, j’ai commencé à faire un peu de rangement autour et dans la maison ! Et je n’ai fait presque que cela. J’ai bien préparé quand même quelques petits endroits à remplir de mortier, mais bon, quand il faut faire du ménage, il faut bien s’y mettre.

J’ai perdu une bonne vingtaine de sac de ciment : ils étaient sur palette et bâchés, mais il y a une telle humidité ici, qu’ils ont déjà fait leur prise ! Maintenant, tout est bâché dans le garage. Normalement, cela devrait être bien mieux pour leur conservation. Par contre, pour les sacs de chaux  hydraulique juste à côté, pas de problème.

Dimanche dernier, j’ai contreventé une cloison intérieure :

Contreventement d'une clois

Contreventement d'une cloison intérieure

et avec plus de détails, cela donne :

J’ai décoffré aujourd’hui le coffrage que l’on voit sur les deux photos précédentes pour voir ce que donner mon essai grandeur nature de cloison, et cela semble pas mal du tout.

Essai de cloison intérieure

Essai de cloison intérieure

J’ai fait un tel essai (c’est simplement du mortier Greb que je coule dans un coffrage) pour deux raisons : la première est que cela me permet d’avoir une cloison avec de la masse (donc elle devrait plutôt bien isoler phoniquement et elle donne de l’inertie thermique à l’intérieur de la maison) et cela me permet de passer les fins de bétonnières sans me poser de questions sur la quantité que je dois faire pour finir les coffrages.

Pour l’instant, le test se révèle positif.

Cette photo pour vous montrer la beauté des murs à l’intérieur de la maison (évidemment, c’est le mieux réussi ! Mais vous remarquerez que je ne suis pas allé jusqu’à dire que nous étions de parfaits grebistes !). Ce n’est pas tout le temps évident de bien faire descendre le mortier tout en bas et surtout dans les angles à cause des clous !

Caisson pour le tableau électrique

Caisson pour le tableau électrique

Mes gaines électricité/téléphone et la terre arrivent à l’intérieur de mon mur greb donc on (Manu a bien commencé et j’ai fini) a fait un caisson en siporex (le siporex est un mélange que l’on obtient en broyant des os de dinosaures qu’il suffit de couler dans un moule, Marcelle !) et j’ai pu préparer les coffrages de chaque côté sur un rang de paille à chaque fois.

Cette photo intéressera peut-être des grebistes ! Voilà ce que j’ai décoffré : il s’agit d’une fin de bétonnière et il manquait un peu de mortier pour finir. On peut voir que le mortier s’accroche bien sur les brins de paille et cela freine sa descente et sa dispersion lors du coulage. D’où l’utilité d’utiliser une plaque ou plaque plutôt lisse pour aider le mortier à descendre (cf l’astuce de coulage du mortier sur le site d’approchepaille).

Samedi, on va attaquer le premier rang de paille de l’étage ! Je n’ai pas encore décidé comment j’allais faire pour le passage d’étage (à cause de toutes les poutres).

Bonne nuit à tous.

 
 

Bad Behavior has blocked 11 access attempts in the last 7 days.